XEn continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies afin d’assurer le bon déroulement de votre visite. Plus d'information

pain céréales gluten

Régime sans gluten et microbiote intestinal

Depuis quelques années, la consommation du gluten est devenue un sujet controversé en alimentation. La critique de cette protéine dans les médias a fait exploser la popularité du régime sans gluten. Ce régime fait partie d’un véritable mode de vie qui n’est plus seulement réservé aux personnes atteintes de pathologies liées au gluten. Mais est-il vraiment sans risque pour l’organisme ? Et quels sont ses effets sur notre microbiote intestinal ?

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten est une  protéine de blé qui, en raison de ses propriétés viscoélastiques, est indispensable à la fabrication du pain et présente un intérêt pour l’industrie agroalimentaire. Mais l’on connaît surtout le gluten pour son implication dans  la maladie cœliaque, plus communément appelée intolérance au gluten, et l’allergie au blé.

Définitions 

  • La maladie cœliaque est une maladie auto-immune qui se déclare chez des personnes prédisposées génétiquement. Le contact entre le gluten et la muqueuse intestinale suscite une réaction immunitaire anormale qui endommage progressivement la paroi de l’intestin et induit une inflammation chronique. Ceci va avoir plusieurs conséquences. D’abord l’absorption des nutriments par l’intestin va être limitée et cela va provoquer des troubles digestifs tels que des ballonnements, des diarrhées, etc. et ensuite d’autres symptômes vont apparaître comme de la fatigue, des douleurs aux articulations, etc. A tort, cette maladie est souvent appelée « intolérance au gluten » or le système immunitaire étant en cause il ne s’agit pas d’une intolérance.

 

  • L’allergie au blé est une réaction immunitaire de l’organisme contre les protéines de blé se caractérisant par des symptômes cutanés, respiratoires et digestifs. Le gluten n’est pas la seule protéine de blé impliquée dans cette allergie.

Il existe aussi une autre pathologie appelée « hypersensibilité au gluten non cœliaque » présentant des symptômes similaires à la maladie cœliaque et à l’allergie au blé. Cependant, aucun mécanisme auto-immun ou allergique n‘est impliqué dans cette pathologie.

Pour les personnes souffrant de ces pathologies, le seul traitement efficace à ce jour est l’éviction totale et à vie du gluten de leur régime alimentaire. Une étude a notamment montré une amélioration des symptômes gastro-intestinaux et de la qualité de vie de personnes atteintes de maladie cœliaque ayant consommé un régime sans gluten pendant un an1.

Mais aujourd’hui, le régime sans gluten s’est généralisé : il est parfois adopté pour le traitement d’autres maladies comme le diabète ou les rhumatismes,  suivi par des personnes s’auto-déclarant intolérantes ou encore par des personnes en bonne santé mais voulant éliminer cet élément qualifié de « toxique » dans certains médias et bénéficier des soi-disant bienfaits de son éviction. Que sait-on des effets de ce régime chez les personnes en bonne santé (sans pathologie liée au gluten diagnotisquée) et en particulier sur le microbiote intestinal ?

Ce que montrent les études

Des chercheurs ont analysé le microbiote intestinal de personnes sans pathologie liée au gluten diagnostiquée ayant suivi un régime sans gluten pendant un mois. Les résultats ont montré une diminution des bactéries bénéfiques à la santé humaine (Lactobacillus, Bifidobacterium) au profit de bactéries opportunistes (E. coli et Entobacteriaceae) c’est-à-dire présentes normalement dans l’intestin mais pouvant provoquer une maladie suite à un déséquilibre du microbiote (1). Ceci s’expliquerait par le fait que le gluten est l’un des aliments consommé par les bactéries bénéfiques du microbiote intestinal. En stoppant son ingestion, les bactéries n’ont plus de quoi se nourrir et disparaissent. Par ailleurs, en raison de l’arrêt de la consommation de céréales complètes, le régime sans gluten serait aussi responsable d’une réduction des apports en fibres. Or celles-ci nourrissent également le microbiote. La digestion des fibres par le microbiote intestinal produit des acides gras à chaîne courte (AGCC), des petites molécules connues pour leurs effets bénéfiques sur le système immunitaire et cardiovasculaire. Ainsi, une réduction des apports en fibres diminueraient la production d’AGCC et donc les effets bénéfiques associés (2).

Le régime sans gluten conduit également à une diminution de la réponse immunitaire intestinale, pouvant être bénéfique chez les personnes atteintes d’une maladie cœliaque mais pouvant aussi expliquer la faible réactivité de leurs mécanismes de défenses lors d’une infection. (1)

En résumé

Le régime sans gluten peut donc modifier la composition du microbiote intestinal et les réponses immunitaires. L’adoption de ce régime sans avoir été diagnostiqué d’une pathologie liée au gluten peut avoir des conséquences sur l’organisme. Il est donc conseillé de demander un avis à son médecin avant d’adopter ce type de régime.

  1. Mustalahti et al. (2002) Gluten-free diet and quality of life in patients with screen-detected celiac disease. Eff Clin Pract. 2002 May-Jun;5(3):105-13.
  2. De Palma G., Nadal I., Collado M. C., Sanz (2009) Effects of a gluten-free diet on gut microbiota and immune function in healthy adult human subjects British Journal of Nutrition, Volume 102, Issue 8
  3. Dossier presse INRA : Microbiote, la révolution intestinale

 

Article mis en ligne le 23 juin 2017