XEn continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies afin d’assurer le bon déroulement de votre visite. Plus d'information

microbiotes et ménopause

Les effets de la ménopause sur le microbiote vaginal

Le microbiote vaginal évolue considérablement au cours de la vie d’une femme. Constitué majoritairement d’un genre de bactéries, les lactobacilles, il permet de prévenir la colonisation du vagin par des micro-organismes pouvant causer diverses infections.

Que se passe-t-il à la ménopause ?

A la ménopause, le taux d’œstrogènes diminue, pouvant provoquer une sécheresse de la muqueuse vaginale. Ce bouleversement hormonal entraine une modification de la composition du microbiote présent dans le vagin, notamment avec la diminution de la population de lactobacilles: après la ménopause, le microbiote vaginal contient 10 à 100 fois moins de lactobacilles que pendant la période de procréation1 !

Or, les lactobacilles permettent d’établir un environnement acide antimicrobien au sein du vagin… leur diminution induit donc une augmentation du pH ; plus le pH augmente, moins le milieu est acide et plus il devient basique (Figure 1).

ph

Figure 1: Echelle de pH

Cette modification du pH rend le milieu vaginal plus exposé à une colonisation par des micro-organismes pathogènes et peut donc conduire à une augmentation de la sensibilité aux infections gynécologiques et aux Maladies Sexuellement Transmissibles (MST).

Quel peut-être l’intérêt des probiotiques ?

Dans plusieurs études, une supplémentation en probiotiques a permis de rétablir des taux normaux de lactobacilles dans le microbiote vaginal de femmes ménopausées réduisant ainsi le pH et diminuant l’adhésion de bactéries pathogènes. Que les probiotiques aient été administrés par voie orale ou vaginale, un microbiote vaginal sain a pu être restauré. La voie vaginale permet une recolonisation directe du vagin tandis que la voie orale conduit finalement à un enrichissement du rectum en lactobacilles, le rectum étant le réservoir bactérien naturel du vagin4.

Les probiotiques pourraient donc aider à restaurer l’équilibre du microbiote vaginal et améliorer globalement la qualité de vie des femmes ménopausées.

 

A lire : Cystite, mycose… : agir sur l’équilibre du microbiote vaginal

 

Sources : Alicia L. Muhleisen, Melissa M. Herbst-Kralovetz, Menopause and the vaginal microbiome, Maturitas, Volume 91, September 2016, Pages 42-50, ISSN 0378-5122

  1. Miranda A. Farage, Kenneth W. Miller and Jack D. Sobel. Dynamics of the Vaginal Ecosystem—Hormonal Influences Infectious Diseases: Research and Treatment 2010:3
  2. Scarabin et al, Differential association of oral and transdermal oestrogen-replacement therapy with venous thromboembolism risk. Lancet, 2003 Aug 9;362(9382):428-32
  3. Caractéristiques de l’utilisation en France – Effets sur la survenue de cancers du sein et d’évènements cardiovasculaires en France – Propositions d’études complémentaires, ANSM, septembre 2005
  4. Antonio MA, Rabe LK, Hillier SL. Colonization of the rectum by Lactobacillus species and decreased risk of bacterial vaginosis.J Infect Dis2005 ; 192 : 394-8.

 

Article mis en ligne le 22 mars 2017