XEn continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies afin d’assurer le bon déroulement de votre visite. Plus d'information



bactéries lutte obésité

Une bactérie pour lutter contre l’obésité ?

La bactérie Akkermansia muciniphila

L’obésité et le diabète de type 2 sont caractérisés par un microbiote intestinal altéré. Une diminution des concentrations en Akkermansia muciniphila a notamment été observée. Cette bactérie, de découverte récente, réside dans la couche de mucus qui recouvre et protège nos cellules intestinales. Cette proximité avec les cellules de notre intestin laisse supposer qu’ A. muciniphila dialoguerait avec notre organisme. C’est précisément ce que vient de démontrer l’équipe du Professeur P. Cani de l’Université catholique de Louvain.

Une bactérie à forte influence

L’administration de cette bactérie à des souris obèses et diabétiques permet d’augmenter la production de mucus (dont l’épaisseur est plus faible chez les animaux obèses) et le taux d’endocannabinoïdes. Une diminution du gain de masse grasse, de l’inflammation du tissu adipeux, de l’endotoxémie métabolique et de la résistance à l’insuline a également été mise en évidence. Selon les chercheurs, la découverte a ceci d’étonnant qu’elle démontre qu’une seule bactérie, sur les milliers présentes dans l’organisme, peut avoir une telle influence sur notre métabolisme.

Vers de nouveaux traitements contre l’obésité ?

Les auteurs concluent qu’A.muciniphila joue un rôle crucial dans la fonction de la barrière intestinale, l’inflammation métabolique et le stockage des graisses.

Ils suggèrent que cette bactérie pourrait ainsi être la cible ou la base de nouveaux traitements contre l’obésité, et que l’utilisation de prébiotiques tels que les fructo-oligossacharides, capables de normaliser les concentrations en cette bactérie, pourrait avoir un intérêt tout particulier pour notre santé.

 

JEverard et al., 2013. PNAS, 110(22) :9066-71.