XEn continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies afin d’assurer le bon déroulement de votre visite. Plus d'information



obésité et médecin

Le blocage d’une voie microbienne intestinale pourrait prévenir l’obésité

De récents travaux de la Cleveland Clinic, publiés dans Cell Reports, confirment le lien biologique entre le métabolisme des bactéries intestinales et l’obésité.

La nouveauté apportée par ces résultats réside dans la découverte que le blocage d’une voie microbienne intestinale spécifique peut prévenir l’obésité et la résistance à l’insuline.

Une voie déjà documentée comme associée à la maladie cardiaque…

Cette voie est nommée « TMAO », nom anglais de l’oxyde de triméthylamine produit par des bactéries intestinales lors de la digestion de nutriments clés dont la choline, la lécithine et la carnitine.

Ces dernières se trouvent en abondance dans les produits animaux, comme la viande rouge, les viandes transformées, les jaunes d’œuf et le foie.

Une consommation importante de ces nutriments entraîne des taux élevés de TMAO, qui sont associés à un risque plus élevé d’évènements cardiovaculaires graves, comme la crise cardiaque et l’AVC.

…et récemment associée à l’obésité

Les maladies cardiovasculaires et l’obésité étant intimement liées, les chercheurs ont émis l’hypothèse que la voie du TMAO pourrait également être impliquée dans l’obésité.

Ils se sont concentrés sur une enzyme appelée flavine-monooxygénase 3 (FMO3), dont l’expression régule le taux de triméthylamine oxydée. Les souris privées du gène FMO3 et qui n’expriment donc pas l’enzyme s’avèrent être protégées de l’obésité, même en cas de régime alimentaire très riche en graisses et très calorique.

…ainsi qu’au diabète de type 2 !

L’étude confirme également que des niveaux élevés de TMAO sont associés à une incidence plus élevée du diabète de type 2.

De nouvelles perspectives thérapeutiques

Ces résultats montrent qu’en agissant sur le microbiote (le TMAO étant un sous-produit de la digestion bactérienne) il serait possible de lutter contre le diabète et l’obésité.

Un travail supplémentaire est toutefois encore nécessaire pour mieux comprendre l’ensemble des mécanismes de cette voie TMAO et de ses liens avec la santé humaine.

 

 

Source :https://www.santelog.com/actualites/obesite-les-voies-du-microbiote-ne-sont-pas-impenetrables

Mis en ligne le 24 juillet 2017