XEn continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies afin d’assurer le bon déroulement de votre visite. Plus d'information

microbiote intestinal et immunité

Microbiote intestinal et immunité : de nouvelles preuves d’interactions

De récentes études menées chez la souris avaient montré que la bactérie Clostridium et ses métabolites sont capables d’activer les cellules T régulatrices (Treg), des cellules immunitaires impliquées dans la réponse anti-inflammatoire. Une équipe de chercheurs nantais vient d’identifier chez l’homme une nouvelle population de lymphocytes T régulateurs, les DP8a ; ces cellules immunitaires spécifiques se localisent au niveau de la muqueuse du côlon et dans le sang. Les travaux de recherche ont permis de montrer que le développement des DP8a est induit par une bactérie du microbiote intestinal : Faecalibacterium prausnitzii.

Cette bactérie est peu présente chez les personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable, et le taux de DP8a est également faible chez ces mêmes patients. Il s’agit de la première identification chez l’homme d’un mécanisme par lequel une bactérie du microbiote intestinal (F. prausnitzii) contribue à l’équilibre de la muqueuse qui l’héberge. Ces résultats ouvrent la voie au développement de marqueurs et de thérapies innovantes pour la prévention et le traitement des maladies inflammatoires du tube digestif via la restauration de l’activité anti-inflammatoire des lymphocytes Treg DP8a.

Sarrabayrouse G et al. – Plos One Biology Avril 2014

 

Etude mise en ligne le 17 août 2015