XEn continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies afin d’assurer le bon déroulement de votre visite. Plus d'information



autisme

Cibler le microbiote pour traiter l’autisme

La piste bactérienne a déjà été évoquée pour prendre en charge les troubles du spectre autistique (TSA), comme nous vous en parlions déjà dans un article précédent.

Une nouvelle équipe s’est penchée sur la question et a parcouru la littérature scientifique pour examiner la relation bi-directionnelle entre le système nerveux central et le tractus gastro-intestinal, relation mieux connue sous le nom d’axe intestin-cerveau, dans le cadre de l’autisme.

Voici leurs principales conclusions.

Des troubles intestinaux souvent présents chez les autistes

Les personnes atteintes de troubles du spectre autistique rapportent communément des troubles digestifs tels que diarrhée et/ou constipation. Ces problèmes digestifs ont pour origine un déséquilibre du microbiote intestinal, au sein duquel les « mauvaises » bactéries sont présentes en trop grand nombre.

La présence de ces « mauvaises » bactéries en trop grand nombre conduit à une surproduction de toxines, qui peuvent conduire à une augmentation de la perméabilité intestinale, entrer dans la circulation sanguine et parvenir au cerveau. Or, si cela se produit chez le jeune enfant, dont le cerveau est en plein développement, cela peut nuire au développement neurologique et induire un TSA.

 

Des facteurs génétiques et environnementaux qui affectent le microbiote

Au niveau des facteurs environnementaux, il apparaît dans cette revue que la sur-utilisation d’antibiotiques chez les bébés, le mode d’accouchement et la durée de l’allaitement maternel influent sur la composition bactérienne du microbiote intestinal et sur le risque d’autisme.

Au niveau des facteurs génétiques, l’obésité maternelle et le diabète gestationnel affectent également l’équilibre du microbiote.

 

Des traitements via le microbiome encourageants

Les études montrent que le fait d’apporter des bactéries intestinales bénéfiques permet de restaurer l’équilibre du microbiote et d’améliorer significativement certains symptômes psychotiques, dont la réduction des symptômes d’autisme, comme le rapporte l’auteur de l’étude :

 

« Les interventions visant à restaurer le microbiote intestinal s’avèrent très efficaces. Notre examen qui a porté sur la prise de probiotiques, de prébiotiques, la modification du régime alimentaire ou encore la transplantation du microbiote fécal, montre que toutes ces thérapies ont un impact positif sur les symptômes du trouble du spectre autistique ».

 

Des améliorations tangibles

Les patients ayant subi un ré-équilibrage de leur microbiote intestinal ont présenté une meilleure sociabilité, une réduction de leurs comportements répétitifs et une interaction sociale améliorée.

Ce travail exhaustif effectué par les chercheurs de l’Université de Pékin donne donc de l’espoir aux patients et aux proches de personnes autistes pour la prise en charge des TSA.

 

Source : https://www.santelog.com/actualites/autisme-le-traiter-en-ciblant-le-microbiote

Etude mise en ligne le 14 septembre 2017