XEn continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies afin d’assurer le bon déroulement de votre visite. Plus d'information

microbiote et sujets âgés

Equilibre du microbiote intestinal : clé pour bien vieillir ?

À l’intérieur de notre organisme cohabitent 100 000 milliards de bactéries qui participent à notre équilibre interne. Il s’agit du microbiote intestinal, étendu tout le long de notre tube digestif ! Et, en fonction de notre âge, sa composition varie. Car, à la naissance, le microbiote intestinal est immature. Il est peu à peu colonisé par des bactéries extérieures, pour un microbiote intestinal arrivé à « maturité » vers 2-3 ans. Si le microbiote intestinal se stabilise après cet âge, l’arrivée de la soixantaine marque le début d’un nouveau cycle de maturation1-9.

Avec le vieillissement, le microbiote intestinal perd en stabilité. Il se complexifie pour accueillir de nouveaux micro-organismes vivants. Certaines espèces de bactéries diminuent en population, d’autres augmentent. Et ces évolutions s’accompagnent de divers phénomènes : immunité amoindrie, transit moins régulé, etc10. Pour prévenir ces changements ou les atténuer, adultes et séniors peuvent enrichir leur alimentation en faisant appel notamment aux probiotiques et prébiotiques5-9.

Le microbiote intestinal et ses évolutions

Évolution du microbiote intestinal en fonction de l’âge1-3

Notre tube digestif abrite des communautés multiples de micro-organismes qui participent à l’assimilation des nutriments dans le corps, à un transit stable, à nos réponses immunitaires et plus globalement à notre bien-être quotidien ! Il s’agit du microbiote intestinal, qui s’étend sur les surfaces de nos muqueuses intestinales, particulièrement important au niveau de l’iléon et du côlon.

Cet organe à part entière évolue tout au long de notre vie. La diversité de micro-organismes présents dans le microbiote intestinal n’est atteinte que vers 2/3 ans. C’est ce qu’on appelle la phase de « maturité ». Avant cela, le microbiote intestinal s’est progressivement enrichi et complexifié via les premiers contacts entre le bébé et son environnement (sa mère et son entourage, l’air, l’allaitement, etc.). Virus et bactéries peuplent progressivement le tube digestif pour créer un écosystème propice à la digestion. De la maturité du microbiote intestinal jusqu’aux premiers signes de vieillissement, la composition de notre microbiote intestinal reste relativement stable.

Notre microbiote intestinal connaît des modifications avec le vieillissement. En effet, dès la soixantaine, il se complexifie à nouveau. Certaines espèces de bactéries essentielles tendent à disparaître tandis que d’autres augmentent. Les personnes âgées peuvent ainsi voir leur équilibre intestinal perturbé.

Après 60 ans, notre microbiote intestinal débute une nouvelle phase : sa structure et sa population se complexifient. Les raisons de ces évolutions ? La modification de nos modes de vie et de nos comportements nutritionnels en grande partie !

Plusieurs éléments influencent directement la composition du microbiote intestinal :

  • l’évolution des habitudes alimentaires (diminution de la diversité des aliments et de certaines catégories de produits)
  • les modifications de la physiologie digestive au fil des années
  • la baisse d’activité physique ou inactivité
  • la consommation successive de médicaments (antibiotiques, laxatifs, inhibiteurs de la pompe à proton, etc.)
  • le déclin du système immunitaire avec l’âge

^E77CDFF2016D79809174FC0DF05AB548B118F5038BBB25C5B1^pimgpsh_fullsize_distr

Quelles particularités observe t-on chez le microbiote intestinal des séniors ?

Aujourd’hui, alors que la population française est vieillissante – la part des plus de 60 ans est passée de 16,7 % en 1960 à 23,8 % en 2013 selon l’Insee13 : une tendance « normale » quand on sait que l’espérance de vie des Français continue de progresser (85 ans pour les femmes et 78,7 ans pour les hommes en 2013, toujours selon l’Insee) – les études sur l’équilibre du microbiote intestinal des séniors restent encore rares.

Pourtant, le maintien d’une bonne santé chez les personnes âgées devient un véritable enjeu de société, car les dépenses de santé publique ne font qu’accroître face à ce phénomène.

Concrètement, quelles évolutions du microbiote intestinal peut-on observer chez les séniors ? Plusieurs groupes bactériens sont modifiés par le vieillissement. Le microbiote intestinal perdrait en diversité et en stabilité avec l’âge. Les résultats :

  • un système immunitaire moins constant,
  • un transit moins stable,
  • le développement d’un état inflammatoire chronique qui influencerait les maladies chroniques liées à l’âge.

En bref, la fragilité des personnes âgées pourrait être renforcée par l’instabilité du microbiote intestinal2-7.

Plusieurs études1-3 se sont intéressées aux modifications du microbiote intestinal des séniors et ont identifié sur des groupes de patients issus de pays différents des changements communs :

  • réduction de l’abondance des Clostridia du groupe XIVa, bactéries productrices de certains acides gras à chaîne courte (butyrate)
  • réduction de l’une des bactéries les plus abondantes du microbiote intestinal, prausnitzii
  • diminution des bifidobactéries
  • variation à la hausse ou à la baisse des Bacteroidetes
  • augmentation des bactéries anaérobies facultatives : entérobactéries, entérocoques, streptocoques…

Vieillissement : comment maintenir l’équilibre du microbiote intestinal ?

Si les changements dans la composition du microbiote intestinal des séniors influencent la physiologie et le métabolisme de l’hôte et sa résistance aux colonisations de bactéries et microbes nuisibles, des actions préventives peuvent être envisagées. L’objectif : renforcer le microbiote intestinal dès la petite enfance puis à l’âge adulte, pour prévenir les signes de vieillesse et l’instabilité microbienne qui en résulte. Mais aussi proposer des actions correctives face aux carences microbiennes identifiées chez les personnes âgées !

  1. Les probiotiques

Plusieurs études ont déjà démontré l’intérêt d’une complémentation intégrant les probiotiques chez les séniors4-6-8. En renforçant la présence de bifidobactéries et de lactobacilles, en quantité et en diversité, les fonctions gastro-intestinales et immunitaires seraient améliorées. La recherche sur certaines souches de B. longum, B. lactis, Lb. casei ou encore Lb. rhamnosus regroupe les premières études publiées sur le sujet. Parmi les résultats constatés :

  • une régularisation des mouvements intestinaux en cas de constipation,
  • une stimulation de certains paramètres immunitaires (innés et adaptatifs) associée notamment à une diminution de la durée des infections respiratoires et à une augmentation de la réponse immunitaire au vaccin de la grippe,
  • une diminution des diarrhées associées aux antibiotiques ou à la bactérie pathogène Clostridium difficile.
  1. Les prébiotiques

Ingrédients alimentaires non digestibles qui stimulent de façon sélective la multiplication des groupes bactériens au niveau du côlon, pour améliorer la physiologie de l’hôte, les prébiotiques s’imposent comme un moyen naturel d’influer sur le microbiote intestinal de la personne âgée11-12. Les prébiotiques les plus courants sont les fructanes. Ceux-ci modifient profondément le microbiote intestinal : augmentation des bifidobactéries fécales, diminution des clostridies et des entérobactéries. Des effets qui impactent nos fonctions gastro-intestinales et immunitaires… D’où l’intérêt d’une alimentation riche en prébiotiques pour les personnes âgées !

Préserver un microbiote intestinal équilibré : une clé du bien vieillir ?

La modulation du microbiote intestinal par un ajustement de l’alimentation constitue une piste intéressante pour un vieillissement en bonne santé.

Références

1. Biagi E, Candela M, Fairweather-Tait S, Franceschi C, Brigidi P. Aging of the human metaorganism: the microbial counterpart. Age (Dordr ) 2012;34(1):247-67.

2. Claesson MJ, Jeffery IB, Conde S, Power SE, O’Connor EM, Cusack S, Harris HM, Coakley M, Lakshminarayanan B, O’Sullivan O, Fitzgerald GF, Deane J, O’Connor M, Harnedy N, O’Connor K, O’Mahony D, van SD, Wallace M, Brennan L, Stanton C, Marchesi JR, Fitzgerald AP, Shanahan F, Hill C, Ross RP, O’Toole PW. Gut microbiota composition correlates with diet and health in the elderly. Nature 2012;488(7410):178-84.

3. Duncan SH, Flint HJ. Probiotics and prebiotics and health in ageing populations. Maturitas 2013;75(1):44-50.

4. Duncan SH, Flint HJ. Probiotics and prebiotics and health in ageing populations. Maturitas 2013;75(1):44-50.

5. Pae M, Meydani SN, Wu D. The role of nutrition in enhancing immunity in aging. Aging Dis 2012;3(1):91-129.

6. Perez MG, Bauerl C, Collado MC. Understanding gut microbiota in elderly’s health will enable intervention through probiotics. Benef Microbes 2014;5(3):235-46.

7. Rehman T. Role of the gut microbiota in age-related chronic inflammation. Endocr Metab Immune Disord Drug Targets 2012;12(4):361-7.

8. Rondanelli M, Giacosa A, Faliva MA, Perna S, Allieri F, Castellazzi AM. Review on microbiota and effectiveness of probiotics use in older. World J Clin Cases 2015;3(2):156-62.

9. Salazar N, Arboleya S, Valdes L, Stanton C, Ross P, Ruiz L, Gueimonde M, de Los Reyes-Gavilan CG. The human intestinal microbiome at extreme ages of life. Dietary intervention as a way to counteract alterations. Front Genet 2014;5:406.

10. Tiihonen K, Ouwehand AC, Rautonen N. Human intestinal microbiota and healthy ageing. Ageing Res Rev 2010;9(2):107-16.

11. Toward R, Montandon S, Walton G, Gibson GR. Effect of prebiotics on the human gut microbiota of elderly persons. Gut Microbes 2012;3(1):57-60.

12. Tuohy KM. Inulin-type fructans in healthy aging. J Nutr 2007;137(11 Suppl):2590S-3S.

13. Insee. Espérance de vie – mortalité. Tableaux de l’Économie Française N°édition 2014 – avril 2014. http://www.insee.fr/fr/mobile/etudes/document.asp?reg_id=0&id=4153 (Consulté en mars 2015).